Quantifier, c’est déjà décider

Etienne FIEUX, communication à l’atelier INFORSID, le 30 mai 2018.

S’il est difficile de dire avec précision comment se traduit l’exigence de respect de la démocratie pour les systèmes d’information  (SI) ou les systèmes d’aides à la décision (SAD),  la neutralité (au sens de non favoritisme), le traitement équitable, l’objectivité sont assurément des critères attendus par tout utilisateur. Par ailleurs, beaucoup de SI et de SAD sont basés sur la mise en place et l’estimation d’indicateurs, transformant une question bien souvent « qualitative » en une question « quantitative », ce recours à des « chiffres » offrant l’avantage de pouvoir mener des calculs avec l’assurance tranquille qu’apporteraient les mathématiques : objectivité des chiffres (« les chiffres ne mentent pas »), rigueur de la démarche, certitude de ses résultats. On comprend bien que le seul fait de quantifier des situations qui sont d’essence qualitative apporte en lui-même un biais considérable qui peut relativiser très grandement l’apport de tout « chiffrage ».  Mais indépendamment de cela, l’objet de ces notes est de faire quelques observations sur ce travail intermédiaire de quantification, quels que soient  le degré de « sophistication » des indicateurs et  les multiples formes de leurs mise en œuvre.


En effet, l’opération de quantification est très loin d’apporter  les cautions d’objectivité et rigueur qu’on voudrait lui accorder.  On notera qu’elle relève en général d’une double conception du « calcul » qui, en écho direct  au couple SI/SAD, trace une ligne de démarcation entre deux moments constitutifs de l’opération de quantification (que l’on dénommera « mesurer » et « élaborer »). Mais, ces deux étapes sont nécessairement subordonnées à une première étape (dénommée « nommer ») qui pose les catégories et modes de représentation sous-jacents aux mesures effectuées. Cette simple tripartition et le caractère nécessaire de cette première phase de catégorisation anéantit toute prétention à présenter l’opération de quantification comme neutre et/ou objective. Pour illustrer combien les difficultés liées à la quantification ne sont pas simplement des difficultés techniques concernant le mesurage, on rappellera la problème (souvent appelé, à juste titre, paradoxe) de Saint Petersbourg. Loin d’être une illustration marginale, ce problème est fondateur pour toute une branche opérationnelle (et dominante) en économie mais, plus généralement, son importance tient au fait qu’il nous plonge directement au cœur de la difficulté de fond auquel tout SAD est rapidement confronté : comment concilier la rationalité du modèle utilisé avec celle des acteurs ? Le paradoxe de Saint Petersbourg, pointant ce qu’on appellera un écart entre le « rationnel » et le « raisonnable »,  dit avec clarté qu’il ne faut attendre aucune lumière des mathématiques sur ce point.


Vous aimerez aussi...