Le Free Digital Labour dans les plateformes de la gratuité marchande : une nouvelle forme d’exploitation ?

Carlo VERCELLONE, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.

Le Free Digital Labour dans les plateformes de la gratuité marchande: une nouvelle forme d’exploitation ?

Carlo Vercellone
Professeur à l’Université de Paris 8 Vincennes-St. Denis
CEMTI, SOPHIAPOL, CES-CNRS
carlo.vercellonet@univ-paris8.fr

Résumé : Le capitalisme cognitif et la révolution informationnelle sont allés de pair avec un effritement des frontières entre temps de travail et temps libre. Au centre de cette évolution se trouve l’essor du capitalisme des plateformes et notamment des plateformes de la « gratuité marchande » qui, à l’image de Google et FaceBook, ont désormais conquis le premières places dans le classement des firmes mondiales en termes de capitalisation boursières et de rentabilité.  Leur modèle de profit repose sur la logique des marchés multi-versants et associe la vente de la publicité en ligne et l’extraction des données des usagers. Ces derniers représentent ainsi à la fois le produit et les producteurs de la principale matière première à la base de l’organisation du marché publicitaire des plateformes de la gratuité marchande. C’est ce que l’on nomme le Free Digital Labour. Par ce concept on désigne le travail à la fois gratuit et apparemment libre qu’une multitude d’individus effectue sur Internet, souvent inconsciemment, au profit des grands oligopoles du numérique et des data industries. La thèse du Free Digital Labour suscite une vive controverse. Elle est souvent rejetée au moyen de deux principaux arguments : ce serait, non le travail, mais le capital immatériel de l’algorithme qui, par un processus automatisé, extrairait et créerait l’essentiel de la valeur ; le Free Digital Labour échapperait non seulement aux critères canoniques du travail salarié, mais aussi à la définition anthropologique du travail vu comme une activité consciente et volontaire orientée vers un but. Notre contribution se propose d’élucider les termes de ce débat et de répondre à ces objections par une analyse historique et théorique des mutations du rapport capital/travail intervenues sous l’égide du capitalisme des plateformes.

Abstract: Cognitive capitalism and the informational revolution have gone hand in hand with a blurring of the boundaries between work and leisure time. At the heart of this evolution is the rise of platform capitalism, and in particular the “merchantable gratuitousness” platforms, like Google and Facebook, which have now taken first place in the ranking of world firms in terms of stock market capitalisation and profitability. Their profit model is based on the logic of multi-sided markets and combines the sale of online advertising and the extraction of user data. The users thus represent both the product and the producers of the main raw material underlying the organisation of the advertising market for merchantable gratuitousness platforms. This is called Free Digital Labour. This concept refers to the activity, apparently both gratuitous and self-governing, performed, often unknowingly, by a multitude of individuals on the Internet for the benefit of big Internet oligopolies and data industries. The Free Digital Labour thesis is highly controversial. It is often rejected by means of two main arguments: 1. it would be, not labour, but the intangible capital of the algorithm which, through an automated process, would extract and create most of the value; 2. the Free Digital Labour would escape not only the canonical criteria of wage labour, but also the anthropological definition of labour as a conscious and voluntary goal-oriented activity. Our contribution aims to clarify the terms of this debate and to respond to these objections through a historical and theoretical analysis of the changes in the capital-labour relationship that occurred under the aegis of platform capitalism.

Mots-clés : capitalisme cognitif, capitalisme des plateformes, Free Digital Labour, Karl Marx.
Keywords: cognitive capitalism, platform capitalism, Free Digital Labour, Karl Marx

L’infrastructure de l’internet, conçue au départ comme un bien commun décentralisé et à vocation pour l’essentiel non marchande, fait aujourd’hui l’objet d’un puissant processus de recentralisation et de marchandisation. Ce processus s’est notamment développée sous l’égide des plateformes des médias sociaux et des moteurs de recherche qui, à l’image de Google et Facebook, occupent désormais les premières place du capitalisme mondial en termes da capitalisation boursière et de taux de profit, et cela tout en ne mobilisant qu’une masse quasiment insignifiante de travailleurs salariés. Comment expliquer ce paradoxe, inconcevable à l’âge du capitalisme industriel ? La solution de l’énigme se trouve dans la manière dont ces grands oligopoles de l’économie numérique et des datas industries sont parvenus à inventer un nouveau modèle de profit basé sur la logique de la « gratuité marchande » ». Pourquoi «gratuité marchande», un concept qui de premier abord peut apparaître comme un oxymore ? Car cette gratuité est mise en œuvre au service d’une logique de profit qui s’appuie sur ce que dans la théorie économique l’on appelle les marchés biface (ou multi-versants). Autrement dit, des services en apparence gratuits sont offerts sur un versant de la plateforme aux internautes de manière à les attirer, à en extraire le maximum de données et de contenus, et cela  afin des vendre sur l’autre versant des espaces publicitaires à des annonceurs qui s’adressent à ces mêmes usagers. Le modèle de profit des plateformes de la «gratuité marchande», à l’image de Google et Facebook, fait émerger dans sa forme la plus pure un trait central de la caractérisation de l’économie politique d’internet et des datas industries : la question du rôle de ce que l’on nomme le Free Digital labour. Cette forme nouvelle de travail a trait à la manière dont le Web 2 et l’essor du capitalisme des plateformes a permis aux oligopoles d’Internet de dilater les frontières des firmes, en intégrant la collaboration des usagers ou consommateurs, ou, suivant une expression de plus en plus usité, des prosumers. (ce terme étant justement la contraction du mot professional ou producer et du mot consumer).

Par le concept de Free Digital Labour (Terranova 2000, Pasquinelli 2008; Fuchs, 2012, Scholz (2012), Cardon et Casilli 2015, Casilli 2016, Simonet 2018, Vercellone et alii 2018) on désigne ainsi le travail à la fois gratuit et apparemment libre et autonome qu’une multitude d’individus effectue à travers et sur Internet, souvent inconsciemment, au profit des grands oligopoles d’Internet et des data industries. Dans ce modèle tout semble se passer comme si la firme-plateforme était parvenue à imposer aux usagers une sorte d’échange ou de contrat tacite formulable de la manière suivant : si c’est gratuit, c’est parce que en réalité vous êtes à la fois la marchandise, et les travailleurs qui, grâce à leur activité collective, en apparence libre et ludique, me permettent de la fabriquer et de la vendre en tant que telle (en me fournissant les données, les contenus ainsi que, grâce aux économies de réseau, la taille du marché nécessaire pour attirer les annonceurs). Conclusion : dans la mesure où cette valeur n’est pas «redistribuée» aux internautes, on peut même considérer qu’il s’agit d’un travail exploité, et cela tant au sens de la théorie classique de la valeur-travail (Fuchs, 2014), que de la théorie néoclassique de la répartition, puisque la rémunération d’un travail gratuit est par définition inférieure à sa productivité marginale.

La controverse sur le concept de Free Digital Labour

Cette thèse suscite de nombreuses controverses parmi les spécialistes de l’économie numérique (Conseil National du Numérique, 2016), tant dans son fondement théorique que pour ses implications en termes de justice sociale et de régulation de l’économie de l’Internet. A l’idée selon laquelle le Free Digital Labour pourrait être considéré à tout égard non seulement comme un travail, mais un travail productif créateur de valeur, sont opposées deux principales séries d’objections que nous allons à présent discuter tout en montrant certaines de leurs limites.

Automatisation algorithmique de la production et/ou digital labour : l’énigme de la création de la valeur  

Une première série d’objection consiste à affirmer que c’est en réalité le capital immatériel de l’algorithme qui, par un processus automatisé, crée l’essentiel de la valeur en extrayant les données et en leur donnant un sens qui permet de les valoriser sur le marché de la publicité en ligne ». (Broca 2017, p. 8).  En somme, le digital labour, même si l’on admettait son existence, ne constituerait de toute manière qu’une entité subalterne, presque insignifiante, d’émission de bits informationnels et serait relégué à une fonction de simple auxiliaire vis à vis du système automatique de la méga-machine algorithmique programmée par d’autres travailleurs. Cette première série de critiques à la thèse du digital labour est affectée par deux erreurs majeures.

La première erreur consiste à considérer – en contradiction tant avec la théorie de la valeur travail qu’avec la comptabilité nationale, le capital fixe immatériel incorporé dans le algorithmes comme une source autonome de la création de valeur et qui pourrait quasiment se passer de l’activité du digital labour. Cette méprise est d’autant plus grande qu’une bonne partie de l’activité gratuite des internautes des medias sociaux ainsi que du micro-travail rémunérés des fermes à clic consiste justement à entraîner les algorithmes à effectuer des tâches que l’intelligence artificielle n’est pas (encore) en mesure d’effectuer.

La seconde erreur est de penser que la fonction de producteur de matières premières informationnelles ferait de toute manière du digital labour une entité subalterne dans la chaîne de la création de la valeur des plateformes. Cette assertion ne peut que nous étonner à un âge on l’on commence à comparer les Big Data au nouveau pétrole ou au nouvel or du capitalisme informationnel. Sur un plan historique elle frôle même l’absurde car elle reviendrait aussi à affirmer que les mineurs du charbon aurait eu une fonction secondaire à l’âge de la première révolution industrielle en Angleterre, ou encore que le pétrole n’aurait été qu’un élément subalterne dans la civilisation de l’automobile.

Il en va de même lorsque pour amoindrir le rôle que le digital labour jouerait dans la création de valeur on le réduit à un simple auxiliaire de la machine algorithmique programmée par les ingénieurs en informatique et les data scientist. On semble ainsi oublier que le travail taylorien de la chaîne de montage fordiste était, lui aussi, caractérisé par la plupart des sociologiques ou économistes, comme un simple auxiliaire ou appendice des machines et de l’OST planifiée par les ingénieurs des bureaux de méthode. Personne n’aurait pour autant osé nier que c’était justement là, dans cette activité auxiliaire, mécanique et répétitive, que se trouvait le cœur du processus de création de valeur à l’âge fordiste.

Une notion incompatible avec les fondements anthropologiques de la définition du travail ?

Une seconde série d’objections adressées à la pertinence du concept de digital labour concerne son incompatibilité avec le fondement anthropologique de ce que l’on nomme travail. Autrement dit, le concept de digital labour présenterait comme du travail « des activités que le sens commun ne considère pas comme telles » et il serait inconciliable « avec la définition philosophique moderne du travail en tant qu’activité consciente et volontaire ». (Broca, 2017, p. 1). Cette affirmation fait l’impasse sur deux points essentiels.

Tout d’abord, ce n’est évidemment pas la conscience subjective du concept de travail, encore moins le sens commun, qui le rends réel, mais plutôt l’acte même de travail qui s’inscrit dans des rapports sociaux et des institutions qui peuvent le rendre plus ou moins visible et reconnu. Il existe en effet une multitude d’exemples historiques d’activités remplissant pleinement les critères d’une définition anthropologique du travail et auxquelles ni le sens commun, ni la conscience de ses acteurs reconnaissait ce statut. Il suffit de songer, pour ne prendre qu’un exemple, dont se revendiquent Terranova et d’autre théoriciens du Digital Labour, à la manière dont le travail gratuit de reproduction réalisé par les femmes a été rendu durant longtemps, et souvent aujourd’hui encore, invisible à la société et aux consciences mêmes de celles qui l’accomplissaient (Federici 2004 et 2011, Simonet 2018).

Par ailleurs, l’absence de conscience du fait de réaliser un travail n’est pas en tout cas une particularité du digital labour. Ce problème d’identification et de reconnaissance du travail est d’autant plus grand que le capitalisme a conduit à créer progressivement une confusion majeure entre le concept de travail, au sens anthropologique de ce terme, et le concept de travail-emploi, i.e. un travail salarié subordonnée dont le mode d’exécution et les finalités sont dictées par l’extérieur (Gorz 1988). C’est pourquoi pour élucider la question de la nature comme de la perception subjective du travail, il est utile, à la suite de Marx (1993), de rappeler comment le “processus de production” dans l’entreprise capitaliste présente une double face. Il se présente en fait comme l’unité contradictoire du procès de travail (travail concret), d’une part et du procès de valorisation (travail abstrait), d’autre part.

La première face, le procès de travail, désigne la manière dont les hommes dans la reproduction des conditions de leur existence coopèrent et se servent de leur intelligence et de leurs outils pour satisfaire leurs besoins et exprimer leur subjectivité. C’est une condition universelle de l’activité humaine valable en tout type de société et qui correspond à la définition anthropologique du travail. Or à cet égard, celui du procès du travail, le Free Digital Labour se présente, dans la plupart des cas, comme une activité consciente et volontaire qui vise à produire des choses utiles et à exprimer la subjectivité des individus. Il en est sans doute le cas lorsque, par exemple, nous effectuons des actions aussi simples que celle d’effectuer une recherche sur Google pour trouver une information concernant la préparation d’un plat, l’histoire d’une ville, élaborer une bibliographie sur un sujet académique, ou encore poster un message pour organiser un évènement ou une réunion sur Facebook.

La seconde face, le procès de valorisation, désigne elle, en revanche, la manière dont l’entreprise réorganise et subordonne le procès de travail pour le mettre au service de son objectif : la réalisation d’un profit au moyen de la production et de la vente de marchandises. Or le point crucial est que ces deux faces du processus capitaliste de production peuvent se dissocier et ne pas apparaître simultanément à la conscience des acteurs. Nous pouvons illustrer cette dissociation cognitive par deux exemples extrêmes et opposés.

Le premier exemple est celui de la figure du travailleur salarié de la chaîne de montage, si bien incarnée par Charlie Chaplin dans les Temps Modernes. Celui-ci pouvait ne percevoir dans son activité que le seul côté inhérent au procès de valorisation, c’est-à-dire celui d’un travail mécanique, répétitif et asservi à un but extérieur qui vidait son travail concret de tout intérêt.  Le travail n’apparaissait ainsi à l’ouvrier de la chaîne de montage qu’en tant que simple moyen de gagner sa vie et la perception de la dimension anthropologique du travail était quasiment effacée de sa conscience. A un autre extrême, le second exemple est justement celui du prosumer d’internet qui, lui, à l’inverse, a souvent l’impression de n’accomplir qu’une activité pour soi, autodéterminée et relevant du temps libre. Il en résulte une conséquence paradoxale. D’une part, le prosumer ne considère pas son activité comme un véritable travail car elle échappe à la norme sociale dominante du travail-emploi subordonné et rémunéré. De l’autre, il la ressent cependant comme un acte dont il maîtrise l’objectif et le résultat, conformément au sens de la définition anthropologique du travail. En somme, de ce point de vue, ce qui fait défaut au digital labour c’est avant tout la conscience de la façon dont son travail s’inscrit aussi dans un procès de valorisation régis par une volonté extérieure et dirigé vers un but qui lui est dissimulé : celui de la création de marchandises et du profit.

Cette dissonance cognitive, cette aliénation, est d’autant plus forte que le mode de fonctionnement des plateformes capitalistes comme Google et Facebook est très éloigné de celui de la société disciplinaire et de la fabrique. Ce fonctionnement se rapproche plutôt de la description que Gilles Deleuze (1990) faisait de l’émergence d’une société de contrôle, c’est-à-dire, un environnement technique invisible permettant de nous suivre partout et de nous orienter, sans jamais donner l’impression de véritablement nous contraindre. On pourrait même affirmer que nous avons là une sorte de réalisation de l’utopie de tout manager ou dirigeant d’entreprise : disposer de travailleurs qui ont l’impression de ne travailler que pour eux-mêmes, et ce au point d’accepter de se mobiliser gratuitement au service de l’entreprise dans une sorte de servitude volontaire.

Conclusion

L’automation algorithmique de la production, loin de réaliser l’énième prophétie de la fin du travail, semble mener vers une extension du travail qui empiète sur l’ensemble des temps sociaux et des interactions sociales des individus. Dans cette évolution, le Free Digital Labour n’est pas contradictoire avec la définition philosophique moderne du travail au double sens que Marx attribue à ce concept : celui d’un travail concret, correspondant à son sens anthropologique ; celui d’un travail abstrait productif de plus-value qui permet de comprendre l’énigme de la création de la valeur et des sources de la plusvalue dont se nourrit le développement du capitalisme des plateformes.

Bibliographie

Broca, S. (2017), Le digital labour, extension infinie ou fin du travail?, Tracés, Revue de Sciences Humaines, pp. 133-144.

Cardon, D., Casilli, A. (2015), Qu’est –ce que le Digital Labor ?, INA Editions, Bry-sur-Marne.

Casilli, A. (2016), Le digital labor: une question de société, Rédaction INAGLOBAL. URL: https://www.inaglobal.fr/numerique/article/le-digital-labor-une-question-de-societe-8763?print=1

Conseil National du Numérique (2016), Travail emploi numérique : les nouvelles trajectoires, Rapport rendu au Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du dialogue social, 6 janvier.

Deleuze G., (1990) « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », in Pourparlers, Les éditions de Minuit, Paris, 1990. https://sites.google.com/site/deleuzemedia/textes/post-scriptum-sur-les-societes-de-contrôle.

Federici, S. (2004), Caliban and the Witch: Women, the Body and Primitive Accumulation. Brooklyn, NY: Autonomedia.

Federici, S., (2011), Women, Land Struggles, and the Reconstruction of the Commons. In: “Working USA. The Journal of Labor and Society (WUSA)”, vol. 14, 1, 2011, pp. 41-56.

Fuchs, C. (2012), Dallas Smythe today: The audience commodity, the digital labour debate, Marxist political economy and critical theory. TripleC 10(2): 692–740. URL: http://www.triple-c.at/index.php/tripleC/article/view/443

Fuchs, C. (2014), Digital Labour and Karl Marx, Routledge, New York.

Gorz, A. (1988), Métamorphoses du travail, Quête du sens – Critique de la raison économique, éd. Galilée, Paris.

Marx, K.,  (1993), Le Capital, Livre I, Quadrige, PUF, Paris.

Pasquinelli, M., (2008),  Animal Spirits: A Bestiary of the Commons, NAi Publishers / Institute of Network Cultures, Rotterdam.

Scholz, T. (2012), Digital Labour : The Internet as Playground and Factory, Routledge, New York.

Simonet, M. (2018), Travail gratuit : la nouvelle exploitation, Textuel, Paris.

Terranova, T. (2000), Free Labor. Producing Culture for the Digital Economy. Social Text, Vol. 18, n. 2, pp. 33-58.

Vercellone C. (dir), Brancaccio F., Giuliani A. Puletti F ; Rocchi G., Vattimo P. (2018), Data-driven distruptive commons-based models,  Report D 2.4, DECODE (Decentralised Citizens Owned Data Ecosystem), programme européen Horizon 2020, axe Information and Communication Technologies, October 31st, https://decodeproject.eu/publications/data-driven-disruptive-commons-based-models


Vous aimerez aussi...