Nos travaux en cours…

Depuis la parution du numéro spécial de la Revue Ouverte d’Ingénierie des Systèmes d’Information « Impact des systèmes d’information sur la démocratie dans les organisations », notre groupe a continué ses travaux.

Après une première phase centrée sur l’analyse de l’impact des systèmes d’information numériques sur la démocratie dans les organisations, nous nous consacrons à présent à l’élaboration de propositions concrètes.

Le groupe travaille ainsi actuellement à construire une méthode d’audit du caractère démocratique d’un système d’information numérique existant.  
L’idée est de pouvoir évaluer si le système informatique entrave ou soutient la démocratie dans l’organisation, sur quels aspects concrets, et avec quelle intensité.

Cette méthode, en accord avec le référentiel de (Seligmann et al., 1989[1]), comprendra quatre types de composants :

  1. le way of thinking : le paradigme, la vision du monde, l’intentionnalité, les valeurs… portés par la méthode. Ceux-ci permettent de déterminer le type de représentation du réel qui sera à l’œuvre dans la méthode, c’est-à-dire en amont la perspective dans laquelle se situer, et en aval les grandes classes d’objets retenues pour les modélisations futures.
  2. le way of modelling : la façon de décrire avec précision et de représenter dans le système les « objets » reconnus pertinents (au regard du way of thinking).
  3. le way of working : la démarche à suivre pour mettre en œuvre concrètement la méthode
  4. le way of supporting : les aides à la mise en œuvre de la méthode, comme, par exemple, la formation, le guidage de la démarche, la fourniture d’éléments sur étagère, un AGL…

Après deux séminaires de préparation en mai et début juin 2020 (« Qu’est-ce qu’un projet informatique », et « Comment construire ‘nos’ méthodes ? »), un troisième séminaire fin juin a permis de commencer le travail sur le way of thinking. Et, en particulier, de définir quelles sont les composantes de la démocratie dans une organisation que la méthode d’audit devra évaluer dans le système d’information numérique.

Le travail de définition précise de ces composantes se poursuit actuellement, au travers de sept chantiers :

  • autonomie (d’un salarié, d’un collectif, d’une organisation…)
  • décision et responsabilité (qu’est-ce qu’une décision ? Un système d’information numérique peut-il prendre une décision ?…)
  • parties prenantes, parties constituantes de l’organisation (quelles sont ces parties ? qui décide de leur composition ?…)
  • place du citoyen (de l’organisation) dans le projet informatique
  • qu’est-ce qu’un citoyen éclairé dans une organisation ?
  • représentations plurielles dans le SI/SIN (existent-elles dans l’organisation ? dans le SIN ? comment les inclure ?)
  • dispositifs et lieux de la dispute démocratique dans l’organisation

Un huitième chantier sera lancé sous peu sur le rôle que joue le système d’information numérique dans la gouvernementalité (comme forme de gouvernement de l’organisation).

Par ailleurs, des compléments d’information ayant semblé nécessaires sur certains sujets, trois conférences internes sont prévues au cours du trimestre, sur :

  • les IRP (instances représentatives du personnel)
  • les méthodes de résolution de conflit
  • la question du consentement

Notre objectif est d’être à même de tester une première version de la méthode complète au courant du premier trimestre 2021.      
Ce test nous permettra d’améliorer la méthode, afin de mener un deuxième test, lequel nous fera apporter de nouvelles modifications, puis un troisième test, et ainsi de suite jusqu’à arriver à une version satisfaisante de la méthode.


[1] Seligmann P.S., Wijers G.M., Sol H.G., (1989), “Analysing the structure of I.S. methodologies, an alternative approach”, Proceedings of the 1st Dutch Conference in Information Systems, Amersfoort, The Netherlands.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search