De l’analyse informatique de données de la société à l’analyse sociale de l’informatique. Un cheminement guidé par les études de genre vers un décloisonnement disciplinaire et une posture réflexive.

Cécile FAVRE, Habilitation à diriger des recherches (HDR), Université Lumière Lyon 2, 7 mars 2024.

Texte complet du mémoire : https://theses.hal.science/tel-04500034

Vidéo de la soutenance : https://vimeo.com/922446566?share=copy

Résumé :

Suite à un double cursus de formation portant à la fois sur l’informatique décisionnelle et sur la fouille de données, les recherches menées après la prise de poste de maîtresse de conférences se sont poursuivies sur ces deux volets. Ceci a conduit à une analyse de données de la société s’appuyant sur des contributions en informatique : modélisation d’entrepôts de données et de métadonnées pour les lacs de données, analyse de la diffusion d’information dans les réseaux sociaux, détection de fausses informations par des approches multimodales (utilisant les images). La rencontre avec les études de genre a amené également une ouverture vers de nouveaux axes de recherche, avec un regard en prise avec des enjeux sociétaux. Ainsi, une perspective scientométrique a permis d’analyser l’empreinte carbone liée aux déplacements en conférences et la place des femmes au sein de la discipline informatique, au sein d’une communauté scientifique francophone. Par ailleurs, une démarche sociologique exploratoire a permis d’entrevoir l’analyse des politiques de quotas dans les comités de sélection en informatique. Ces axes ont ainsi amené à une analyse sociale de l’informatique. Le parcours réalisé en recherche et en enseignement, en étant basée dans une UFR (Unité de Formation et de Recherche) de Sciences Humaines et Sociales, a finalement conduit à un décloisonnement disciplinaire en direction de l’interdisciplinarité, mais aussi vers une posture réflexive, débouchant sur des questionnements épistémologiques. Ceci permet de définir un programme de recherche post-HDR ambitieux, reflet de cette identité scientifique, qui fasse sens et science pour la société. Plus précisément, les contributions scientifiques relatées dans ce mémoire ont été organisées selon deux axes. Le premier axe concerne les apports pour l’analyse de données de la société, comprenant, selon ces apports, des données médicales, des données sur l’habitat social, des données de médias sociaux, des données bibliographiques relatives à des articles scientifiques. Les apports de ce premier axe s’articulent selon trois volets. Le premier volet, dans le domaine de la business intelligence, concerne la modélisation : 1) modélisation dans les entrepôts de données pour la prise en compte de connaissances utilisateur/trices pour l’analyse OLAP (On Line Analytical Processing) avec une application aux données médicales, 2) modélisation de métadonnées pour rendre possible l’analyse dans les lacs de données avec une application à l’habitat social. Le deuxième volet concerne l’apprentissage de données dans le contexte des réseaux sociaux, et plus particulièrement Twitter, avec la détection d’évènements, leur diffusion et les personnes influençant cette diffusion. La détection de rumeurs grâce à des approches multimodales s’appuyant sur l’usage des images fait également partie des contributions. Le troisième volet traite de l’analyse de données bibliographiques avec une approche de Graph OLAP basée sur l’apport de cubes de données pour « valuer » les sommets et/ou les arêtes de graphes. Ceci permet un enrichissement du graphe avec des informations qui peuvent rendre notamment compte d’une certaine dynamique temporelle. Le second axe concerne les apports qui ont permis de mettre en lumière des dynamiques sociales au sein de l’informatique, tendant ainsi à faire de la discipline un objet de recherche. Les apports de ce second axe sont articulés en trois volets également, qui s’inscrivent dans une perspective d’enjeux sociétaux d’actualité relatifs à des aspects de politiques publiques que sont l’écologie et les enjeux d’égalité femmes-hommes notamment. Le premier volet consiste en l’analyse d’une communauté scientifique dans une perspective écologique, allant vers une automatisation pour le calcul de l’empreinte carbone de la conférence liée à la communauté francophone EGC (Extraction & Gestion des Connaissances), au fil du temps. Le second volet détaille une perspective de genre pour analyser la place des femmes dans cette communauté scientifique (vis-à-vis des auteur/trices, membres du comité de programme, présidence de la conférence, conférences invitées), en faisant également un point sur l’articulation des temps de vie (par rapport aux heures d’envoi des mails sur la liste de diffusion de la communauté). Le troisième volet a permis d’adopter les principes d’une démarche sociologique dans le cadre d’une analyse exploratoire pour questionner les politiques de quotas en tant que politiques d’égalité dans le contexte de comité de sélection pour le recrutement d’enseignantes-chercheuses et d’enseignants-chercheurs en informatique. Une troisième partie est finalement consacrée à une dimension réflexive de ce travail, ce qui aboutit également à des réflexions au niveau épistémologique par rapport à la démarche scientifique en informatique. L’originalité de cette démarche est ainsi de faire une large place à ce qui peut finalement constituer une invitation à la réflexion individuelle et collective sur différents points. Dans un premier temps, le bilan réflexif sur les travaux menés amène à discuter trois points : l’intérêt d’un positionnement scientifique en informatique nourri par les Sciences Humaines et Sociales, les enjeux et points de vigilance sur la construction des catégories d’analyse, la responsabilité dans l’analyse des choix de visualisation de données. Ces points viennent montrer comment un pas de côté permet la construction d’une posture réflexive. Ce bilan amène assez naturellement vers des réflexions épistémologiques en informatique qui abordent la construction de savoirs situés, le décloisonnement disciplinaire qui peut s’opérer grâce à une forme d’interdisciplinarité, mais aussi de nomadisme disciplinaire, et enfin, des réflexions autour de l’articulation des concepts de science, sens, société et engagement. Les perspectives de recherche, qui découlent de ces réflexions et des travaux déjà menés, visent à définir le plan de recherche à venir, à la fois en termes de pistes à poursuivre, mais aussi dans la manière de les aborder. Ces perspectives ne s’articulent non pas de manière temporelle, mais plutôt en termes de positionnement vis-à-vis de différentes facettes identitaires : une chercheuse en informatique, une chercheuse en études sur le genre, une chercheuse nomade ayant la capacité d’aller vers d’autres disciplines (ces facettes ne sont bien évidemment pas cloisonnées). Sur le plan de la recherche en informatique, deux axes ont été développés autour d’une informatique décisionnelle inclusive accessible et d’une science de données pour les données de la science. Ces deux axes sont motivés par l’envie de pouvoir contribuer d’un point de vue sociétal quant à la capacité à se saisir de données et à les analyser d’une part, et d’autre part de contribuer à la qualité de nos modes de fonctionnement en recherche, car il en va de la confiance qui nous est accordée par la société. Sur le plan de la recherche en études sur le genre, les pistes sont bien évidemment reliées à l’informatique, se focalisant sur l’apprentissage de données au travers des enjeux langagiers. J’y vois là une trace de mon cheminement dans le souci des formulations exactes, les plus proches de nos intentions d’expression qui peuvent être détournées lorsque nous nous éloignons de notre langue d’origine. Sur le plan du nomadisme disciplinaire, le projet dans lequel je souhaite m’impliquer a trait à l’éducation. Il porte sur les mises en œuvre, mais avant tout sur des réflexions d’ordre éthique sur l’usage de l’intelligence artificielle dans de telles plateformes. Cette volonté d’implication sur ce sujet part précisément de l’accès à la formation de manière inclusive. Si le mémoire d’habilitation à diriger des recherches s’axe traditionnellement plutôt sur la dimension scientifique du travail, il est à noter, me concernant, l’importance du travail de réflexivité, qui met entre autres en lumière une réelle articulation des dimensions scientifique et pédagogique, et leur enrichissement mutuel continu. Ma prise de poste à l’UFR d’Anthropologie, de Sociologie et de Science Politique de l’Université Lumière Lyon 2 a été déterminante et m’a amenée vers un cheminement dont je ne pouvais imaginer l’issue, ou plutôt la destination à laquelle je suis présentement, et ce, en côtoyant quotidiennement des collègues de Sciences Humaines et Sociales. Les études de genre, plus particulièrement, ont contribué aussi bien à l’évolution de mes objets de recherche, qu’à ma manière d’envisager de faire ces recherches. Finalement, avoir une réflexion sur le croisement du numérique / de l’informatique et des études genre permet de mettre en lumière des éléments qui m’apparaissent importants, voire cruciaux, vis-à-vis des enjeux sociaux, aussi bien sur le plan scientifique que de la formation, et ce à destination des étudiant·es en Sciences Humaines et Sociales tout comme des étudiant·es en informatique. Ce croisement entre informatique et Sciences Humaines et Sociales constitutif de ma démarche scientifique et pédagogique est une forme de contribution au champ des humanités numériques.



Citer ce billet
Atelier SI2D (2024, 18 mars). De l’analyse informatique de données de la société à l’analyse sociale de l’informatique. Un cheminement guidé par les études de genre vers un décloisonnement disciplinaire et une posture réflexive. Systèmes d'Information & Décision et Démocratie dans les organisations. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1dj

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search