Catégorie : Réalisations

Nos travaux en cours…

Depuis la parution du numéro spécial de la Revue Ouverte d’Ingénierie des Systèmes d’Information « Impact des systèmes d’information sur la démocratie dans les organisations », notre groupe a continué ses travaux. Après une première phase centrée sur l’analyse de l’impact des systèmes d’information numériques sur la démocratie dans les organisations, nous nous consacrons à présent à l’élaboration de propositions...

Présentation du numéro « Impact des systèmes d’information sur la démocratie dans les organisations »

Maryse SALLES et Raphaëlle BOUR
Ce texte présente le numéro spécial de la Revue Ouverte d’Ingénierie des Systèmes d’Information « Impact des systèmes d’information sur la démocratie dans les organisations ». Ce numéro est composé des versions étendues de communications présentées lors de la 3ème édition de l’atelier Inforsid « Systèmes d’information et démocratie dans les organisations », qui s’est tenue le 12 juin 2019 à l’Université Paris Dauphine.

De la donnée à l’information : de l’importance des conventions dans les organisations

Gabriel COLLETIS, Etienne FIEUX, Anne ISLA, Adrien PENERANDA
Nous évoluons tous en permanence dans de multiples organisations et sommes assaillis par un flux ininterrompu de données et d’informations, flux que nous contribuons à alimenter. Ces données et informations, distinguées dans le texte, ne sont ni neutres ni objectives mais sont le résultat d’opérations diverses générées par les organisations qui forment ou utilisent lesdites « données ». Ces opérations obéissent à quatre types de conventions : des conventions de quantification, des conventions de contextualisation, des conventions d’énonciation, des conventions sémiotiques, enfin. Reflet de la doxa, les conventions en sont aussi le produit et façonnent les normes qui encadrent la vie économique et le fonctionnement des organisations.

Systèmes d’information numériques : supports ou entraves à la démocratie dans les organisations ?

Maryse SALLES, Raphaëlle BOUR, Rémi JARDAT
Les systèmes d’information sont souvent présentés comme neutres et proposant un simple reflet de la réalité. Au travers de notre vision de la genèse du système d’information numérique, nous démontrerons qu’ils sont construits et porteurs de visions du monde. Ils impactent en cela la démocratie dans les organisations, telle que nous la définissons dans cet article au travers de ses cinq caractéristiques majeures. Par un système de filtrage entre la « réalité » de l’organisation et le système d’information, puis entre le système d’information et le système d’information numérique, nous détaillerons les différents processus, acteurs et composants du filtrage qui peuvent faire du système d’information numérique un levier ou un frein à la démocratie dans les organisations.

Système d’information comptable et démocratie dans l’entreprise

Daniel BACHET
L’histoire de la comptabilité montre que les objectifs et les traits fondamentaux d’un système d’information d’une époque et d’un pays sont déterminés par l’agent économique qui détient le pouvoir dans ce pays et à ce moment de l’histoire. Ainsi, mesurer un résultat à l’aide d’une comptabilité n’est évidemment pas seulement un acte de mesure indispensable à l’agent dominant mais également le moyen d’imposer aux agents dominés son interprétation du monde. L’agent économique qui a le pouvoir dans un système économique donné, façonne le système comptable (et donc le compte de résultat) de façon à faire apparaître en priorité « son » résultat, calculé selon sa propre vision de la réalité économique. Il est possible, comme nous allons le montrer, de reconsidérer le système d’information comptable en refondant à la fois le « compte de résultat » (approche valeur ajoutée) et le « bilan » (méthode CARE).

Les plateformes de la gratuité marchande et la controverse autour du Free Digital Labor : une nouvelle forme d’exploitation ?

Carlo VERCELLONE
Le capitalisme cognitif et la révolution informationnelle sont allés de pair avec un effritement des frontières entre temps de travail et temps libre. Au centre de cette évolution se trouve l’essor du capitalisme des plateformes et notamment des plateformes de la « gratuité marchande » qui, à l’image de Google et Facebook, ont désormais conquis le premières places dans le classement des firmes mondiales en termes de capitalisation boursières et de rentabilité.  Leur modèle de profit repose sur la logique des marchés multi-versants et associe la vente de la publicité en ligne et l’extraction des données des usagers. Ces derniers représentent ainsi à la fois le produit et les producteurs de la principale matière première à la base de l’organisation du marché publicitaire des plateformes de la gratuité marchande. C’est ce que l’on nomme le Free Digital Labor.

Les systèmes d’information numériques, dispositifs de la gouvernementalité ?

Maryse SALLES, Raphaëlle BOUR, Claude PARAPONARIS, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Les systèmes d’information numériques des organisations sont des dispositifs politiques, au sens où ils ne codent pas de façon neutre une réalité qui leur serait extérieure, mais au contraire sont porteurs de visions du monde, de croyances, de valeurs, et, à ce titre, participent à construire la réalité dans laquelle fonctionnera l’organisation.

De la donnée à l’information : l’importance des conventions

Gabriel COLLETIS, Etienne FIEUX, Anne ISLA, Adrien PENERANDA, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Les données et les informations, distinguées dans le texte, ne sont ni neutres ni objectives mais sont le résultat d’opérations diverses générées par les organisations qui forment ou utilisent les dites
« données ». Ces opérations obéissent à deux types de conventions : des conventions de quantification et des conventions de contextualisation.

Le Free Digital Labour dans les plateformes de la gratuité marchande : une nouvelle forme d’exploitation ?

Carlo VERCELLONE, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Le capitalisme cognitif et la révolution informationnelle sont allés de pair avec un effritement des frontières entre temps de travail et temps libre. Au centre de cette évolution se trouve l’essor du capitalisme des plateformes et notamment des plateformes de la
« gratuité marchande » qui, à l’image de Google et FaceBook, ont désormais conquis le premières places dans le classement des firmes mondiales en termes de capitalisation boursières et de rentabilité.

Système d’information, outil comptable et démocratie dans l’entreprise

Daniel BACHET, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
L’histoire de la comptabilité montre que les objectifs et les traits fondamentaux d’un système d’information d’une époque et d’un pays sont déterminés par l’agent économique qui détient le pouvoir dans ce pays et à ce moment de l’histoire. Ainsi, mesurer un résultat à l’aide d’une comptabilité n’est évidemment pas seulement un acte de mesure indispensable à l’agent dominant mais également le moyen d’imposer aux agents dominés son interprétation du monde.

Une organisation démocratique est-elle compétitive ? Compte rendu d’une recherche en sciences de gestion

Rémi JARDAT, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Des recherches de terrain en sciences gestion, conduites dans l’interdisciplinarité, tendent à montrer que la démocratie organisationnelle est source d’une efficacité supplémentaire pour l’organisation qui l’adopte. Cela suppose de faire sauter le verrou conceptuel qui interdit de penser une hiérarchie dans la démocratie. Pour cela, il faut opérer la distinction entre trois instances inter-agissantes : la gouvernance souveraine, le gouvernement exécutif et la gouvernementalité.

Organiser démocratiquement avec les systèmes d’information numériques ?

Sébastien GAND, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Nous proposons dans cette communication une problématisation de l’organisation démocratique appuyée sur la théorie de l’organisation de Chester Barnard (1938), approche qui permet d’éviter des écueils liés à une appréhension du « démocratique » réduite à ses expressions les plus immédiatement visibles, au risque d’une perte de vitalité et d’un découplage entre action collective finalisée de l’organisation et régulation démocratique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search