Archive du mois : juin 2019

Les systèmes d’information numériques, dispositifs de la gouvernementalité ?

Maryse SALLES, Raphaëlle BOUR, Claude PARAPONARIS, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Les systèmes d’information numériques des organisations sont des dispositifs politiques, au sens où ils ne codent pas de façon neutre une réalité qui leur serait extérieure, mais au contraire sont porteurs de visions du monde, de croyances, de valeurs, et, à ce titre, participent à construire la réalité dans laquelle fonctionnera l’organisation.

De la donnée à l’information : l’importance des conventions

Gabriel COLLETIS, Etienne FIEUX, Anne ISLA, Adrien PENERANDA, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Les données et les informations, distinguées dans le texte, ne sont ni neutres ni objectives mais sont le résultat d’opérations diverses générées par les organisations qui forment ou utilisent les dites
« données ». Ces opérations obéissent à deux types de conventions : des conventions de quantification et des conventions de contextualisation.

Système d’information, outil comptable et démocratie dans l’entreprise

Daniel BACHET, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
L’histoire de la comptabilité montre que les objectifs et les traits fondamentaux d’un système d’information d’une époque et d’un pays sont déterminés par l’agent économique qui détient le pouvoir dans ce pays et à ce moment de l’histoire. Ainsi, mesurer un résultat à l’aide d’une comptabilité n’est évidemment pas seulement un acte de mesure indispensable à l’agent dominant mais également le moyen d’imposer aux agents dominés son interprétation du monde.

Une organisation démocratique est-elle compétitive ? Compte rendu d’une recherche en sciences de gestion

Rémi JARDAT, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Des recherches de terrain en sciences gestion, conduites dans l’interdisciplinarité, tendent à montrer que la démocratie organisationnelle est source d’une efficacité supplémentaire pour l’organisation qui l’adopte. Cela suppose de faire sauter le verrou conceptuel qui interdit de penser une hiérarchie dans la démocratie. Pour cela, il faut opérer la distinction entre trois instances inter-agissantes : la gouvernance souveraine, le gouvernement exécutif et la gouvernementalité.

Le Free Digital Labour dans les plateformes de la gratuité marchande : une nouvelle forme d’exploitation ?

Carlo VERCELLONE, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Le capitalisme cognitif et la révolution informationnelle sont allés de pair avec un effritement des frontières entre temps de travail et temps libre. Au centre de cette évolution se trouve l’essor du capitalisme des plateformes et notamment des plateformes de la
« gratuité marchande » qui, à l’image de Google et FaceBook, ont désormais conquis le premières places dans le classement des firmes mondiales en termes de capitalisation boursières et de rentabilité.

Organiser démocratiquement avec les systèmes d’information numériques ?

Sébastien GAND, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
Nous proposons dans cette communication une problématisation de l’organisation démocratique appuyée sur la théorie de l’organisation de Chester Barnard (1938), approche qui permet d’éviter des écueils liés à une appréhension du « démocratique » réduite à ses expressions les plus immédiatement visibles, au risque d’une perte de vitalité et d’un découplage entre action collective finalisée de l’organisation et régulation démocratique.

Comment trouver un objet de recherche invisible : le cas des algorithmes managériaux

Jérémie POIROUX, communication à l’atelier INFORSID, le 12 juin 2019.
L’impact des algorithmes sur la société et sur les individus est une thématique qui intéressent actuellement le monde académique. Pourtant, leur présence dans les organisations i.e. dans le monde du travail n’a rien d’anecdotique. Contrairement à une perception intuitive, l’algorithme précède la digitalisation des organisations qui permet de rigidifier ces processus. À l’aide de ces considérations socio-historiques, cette communication interroge la différence entre l’algorithmisation du management et l’automatisation de l’organisation du travail.